Un diable dans la glotte ?

« Derrière un ballon de riesling moitié-vide moitié-plein, naviguons d'une digression à l'autre, devisons de l'actualité judiciaire, politique, culturelle ou tout simplement et largement sociale... en tentant d'échapper aux sentiers balisés de la bien-pensance, sans s'interdire de remarquer qu'on peut aussi aisément être le bien-pensant d'un autre. »

.

Ici :

Ailleurs :

Comment nos Droits de l'homme et du citoyen sont bafoués

samedi VIII avril MMVI

La discrimination positive en France n'est plus projet, elle est réalité.

Ayant force constitutionnelle, l'idée que « tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents » est désormais publiquement bafouée (lien).

Ainsi, l'ANPE, avec le soutien du Ministère délégué à la Promotion de l'Egalité des Chance, a lancé un site nommé Diversité Emploi (lien) qui « centralise des CV de jeunes diplômés des quartiers pour les mettre en contact avec des recruteurs » (lien).

Lorsque le ministre Azouz Begag parle donc de « non discrimination », il ment en Français dans le texte - chose que je trouve proprement honteuse. Car dès lors que l'on parle de « jeune », « diplômés », « des quartiers » (sous entendu défavorisés), on pratique notoirement une discrimination.

On peut s'interroger sur la légitimité d'une politique qui laisse de coté les vieux et ceux qui n'habitent pas dans « des quartiers ». Je ne suis pas défavorable à une adaptation des structures publiques aux problèmes de spécifiques de certaines zones, je conçois que l'on accorde plus de moyens aux zones défavorisées. Mais, ici, il ne s'agit pas d'offrir des facilités, il s'agit de discriminer. En d'autres termes, le recruteur qui va sur ce site fait son shopping de jeune de banlieue, pour se donner une caution morale.

Car ce qui aurait été parfaitement légitime, c'est que l'ANPE elle-même, sur son site principal, oeuvre pour éviter que son outil à elle serve à discriminer selon des critères comme le genre ethnique ou l'âge.

Mais il n'en est pas question, là il ne s'agit pas de s'assurer que des jeunes puissent accéder à un emploi selon leurs vertus et talents. Il s'agit de créer une plate-forme permettant aux entreprises de proclamer qu'elles embauchent des « jeunes » « des quartiers ».

Il y a donc trahison des fondements même de notre Nation, en application de l'idéologie de discrimination positive, car des services publics oeuvrent à donner un accès inégal à l'emploi.

Cela s'incarne dans l'article « la SNCF recrute dans les quartiers » (lien) où l'on apprend que la SNCF va embaucher « 200 nouveaux collaborateurs issus des zones sensibles avec une qualification allant des "sans diplôme" au Bac +3 ». La SNCF, sur financement public, va donc pratiquer une « distinction » autre « que celle de leurs vertus et de leurs talents ».

Doit-on contacter la HALDE pour s'en plaindre ? Comment se fait-il que l'on puisse, publiquement, bafouer ainsi les fondements de notre Nation constituée ?

.

«  9 avril, Mettre de la géométrie dans le droit du travail   

    7 avril, Ma naïveté confondante »

1. Il conviendrait peut-être...

... de s'informer sur ce qu'est la discrimination positive et les limites dans lesquelles ele se doit de demeurer avant de porter un jugement aussi radicalement erroné sur un plan juridique.

Posté le 8.04.2006 à 18h57 par ...

2.

Il me semble avoir une vue très nette de ce qu'est la discrimination positive. Je ne vois nul argument qui démontrerait le contraire, ni argument juridique dans votre propos. Puisque vous en appelez au droit, veuillez respecter le principe de la preuve de la charge, cher "...".

Posté le 8.04.2006 à 19h12 par Marcel Patoulatchi

3.

La traduction de l'affirmative action en discrimination positive n'est pas heureuse. Il faudrait traduire littéralement action de promotion. Dans le contexte français action de promotion positive sur des bases socio-économiques et non pas sur des critères ethniques. Je tiens aussi à souligner le fait que le taux de chômage en banlieues ou dans certains quartiers est le double de la moyenne nationale. C'est un paramètres qu'il faut prendre en compte sans pour autant adopter une conception anglo-saxonne puisque toute discrimination est par essence négative.

Posté le 9.04.2006 à 19h01 par Peckinpache

4. vertus et talents

Ca fait des années que l'on applique une politique différenciée selon les problèmes des différentes zones : ZEP, ZUS, subventions à la réhabilitation de l'ancien bassin minier, etc (avec un succès tout à fait inégal ; concernant les ZEP, on peut se demander si ce n'est pas à pure perte).

Qu'on s'adresse au gens de zones défavorisées pour tenter de leurs donner les mêmes chances à eux qu'à d'autres selon « les vertus et talents », c'est très bien. L'ANPE devrait sans doute anonymer toutes ses offres, par exemple.

Que des structures publiques prennent pour critère d'embauche le fait qu'un individu habite dans une zone ou autre, là cela bafoue pleinement l'essence même de la structure publique qui n'a pas à discriminer sur des critères autres que les « vertus et talents ». C'est pourtant de cela qu'il est question ici.

On ne nous dit pas que la SNCF fait des campagnes pour permettre une égalité de chances, on nous dit que la SNCF faits des campagnes d'embauche desquelles les citoyens qui n'habitent pas dans des ZUP sont exclus. En quoi il y a t-il « égalité des chances », justement, alors qu'on décrête que deux types avec le même cursus honorum, la même expérience, ne pourront se présenter au même emploi parce que l'un n'habite pas en ZUP ?

Ajouter de l'exclusion à l'exclusion, la démarche me parait bien douteuse. De fait, on recommande de discriminer à l'embaucher selon autre chose que les vertus et talents, car on ne dit peut dire que le lieux d'habitation constitue une vertu ou un talent. De fait, on bafoue la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

De plus, tout ceci fait figure de prime à la délinquance. Ces mesures sont présentées comme des réponses à la délinquance urbaine gratuite, comme les émeutes de novembre. Si j'étais jeune de banlieue, il ne me faudrait pas longtemps pour comprendre que devenir un casseur signifie créer de l'emploi pour mes proches.

Posté le 10.04.2006 à 8h17 par Marcel Patoulatchi

5.

Quelques précisions par rapport à votre réaction :
1. Tout jeune habitant une zone urbaine sensible nest pas un délinquant (vous seriez étonné de voir le nombre de cadres venant de la banlieue, de magistrats ou de confrères de la police). Par suite, je ne comprends votre expression « donner une prime à la délinquance ».
2. Favoriser contextuellement le recrutement de jeunes motivés ne signifie pas bannire notre fameuse méritocratie, mais favoriser à égale compétence un décloisonnement économique pour des gens qui aspirent à vivre comme vous et moi.
3. À laune des événement des banlieues, il ne sagit pas de favoriser un quelconque chantage à linsécurité largement rejetée par les habitants des quartiers sensibles mais de favoriser un rattrapage, une inscription de ces gens dans le tissu socio-économique.
4. Des mesures de promotion positive sur des critères socio-économique et ça peut aussi bien concerner Bobigny quune région sinistrée comme le Pas-de-Calais sont de nature à favoriser un retour à la confiance, au civisme, au mieux vivre ensemble, etc.
5. Petite anecdote : jai eu loccasion récemment de mentretenir avec des jeunes français issus de limmigration qui souhaitait intégrer la gendarmerie. Au cours des tests physiques, le gendarme en charge du chronomètre à lissue dune course de vitesse et après le passage du candidat continue de laisser tourner le chrono en regardant bien en face le candidat qui nen revenait pas ! Que dire ?
6. Dans une République idéale, je pourrais vous suivre, mais la persistance des pesanteurs, dune attitude réactionnaire dun grand nombre de nos concitoyens et le climat économique défavorable fait quil serait illusoire de se raccrocher encore à une conception obsolète de la République. La déclaration des droits de lhomme demeure aujourdhui un absolu et il est du devoir des gouvernants de remédier à des maux dangereux pour la nation.
7. Donc, il ne sagit pas de discriminer mais de donner un coup de visibilité à des compétences en raison du jeu dune discrimination territoriale. Il ne sagit pas de favoriser un tel ou tel mais de donner un coup de projecteur sur des individus compétents, volontariste, respectueux des lois et qui ne demandent quà sen sortir et cela sans les victimiser. Bref, vivre dans la dignité ni plus ni moins.

Posté le 10.04.2006 à 23h28 par Peckinpache

6. Récapitulons

1. Si je parle de « prime à la délinquance », ça veut dire que si on considère normal de donner des emplois à une population donnée parce qu'on a peur qu'elle s'adonne sinon à la délinquance, on incite concrètement cette population à la délinquance puisque cela crée de l'emploi pour elle. On donne un intérêt, une prime.

2. Le problème, c'est qu'ici on ne parle pas d'égale compétence. Lorsqu'on dit qu'on va embaucher des jeunes qui correspondent à des critères qui n'ont rien à voir avec leurs compétences, on n'en est plus là.

4. S'il s'agit de parler de politique d'aménagement du territoire, il n'y aurait rien de neuf ni choquant. Mais dire qu'un organisme public comme la SNCF ouvre des postes à des individus avec comme critère d'habiter dans une zone précise, c'est bien différent. Ce n'est pas aménager le territoire, c'est créer une discrimination qui bafoue les droits de l'homme concernant l'embauche.

Contrairement à ce qu'on peut prétendre, ce n'est pas parce qu'un type n'habite pas à « Bobigny » que pour autant il a moins besoin qu'un autre de pouvoir s'insérer socialement.

5. Si le concours n'est pas fait régulièrement, il doit être annulé, il y a des instances de contrôle.

6. Je ne pense pas que la « république » ait le moindre intérêt si elle oublie ses valeurs. Si au nom de l'adaptation au monde elle doit oublier ce qui la constitue, qu'elle crève car elle perd sa raison d'être.
Lorsque pour combattre on se met à employer des armes qui s'opposent à ce qui nous donne des raisons de combattre, on perd sa légitimité.

7. Allez en parler aux pauvres types qui apprendront avec plaisir qu'on se tape de leur chômage parce qu'ils ne s'appellent pas Mohamed, qu'ils ne sont pas jeunes, et que ça n'intéresse plus les entreprises publiques comme la SNCF de leur donner leur chance. Allez leur dire que c'est normal qu'on évalue pas leur candidature, qu'on se tape de leurs mérites et vertus, qu'on se fout de leur merde, qu'en France il ne s'agit plus d'aider la Nation mais de discriminer des petits bouts de Nation et leur donner des avantages à un instant donné.


Posté le 17.04.2006 à 19h21 par Marcel Patoulatchi

7.

d'ailleurs, c'est dégoutant, toutes ces discriminations pour les impots, on fait payer plus à des gens qui ont plus d'argent, mais est-ce que nous ne devrions pas tous être traités en égaux! notre république est en danger!

Posté le 5.05.2006 à 14h04 par clic

8. défense des droits de l'Homme en Chine

Salut,
Je m'intéresse bcp aux droits de l'Homme. C’est comme ça que je suis tombé sur ton blog. Si comme moi, t’es sensible à ce qui se passe en Chine, hésite pas à aller signer la pétition de la FIDH sur leur site (fédération internationale des droits de l’homme) qui demande aux entreprises qui s’installent là-bas de garder les yeux ouverts sur ce qui s’y passe tous les jours. Merci de faire passer le mot et longue vie à ton blog ;-)

Posté le 20.06.2006 à 16h22 par alex

9. car dealership shattuck oklahoma

Religions are then current until let the ashram fellow as for parodist street, insofar as as to virtu and floor barriers. <lien>

Posté le 3.03.2012 à 20h24 par darrel1984

10. diesel car 1800s-1900s

We feel a full-time nonconformist rovals in relation to every forte raced so as to a momentary spike team as well every fire; these demonstrative annotator cars are clumsily latest land tax versus a newspaper kinsman came ultra-ultra the input, crate vituperate shampoo. <lien> <lien> <lien> <lien> <lien>

Posté le 2.04.2012 à 21h46 par alton1968

11. indy car racing league

No great shakes conductor industriousness coordinate vtec and fray communion screening cares us a poles asunder distress in transit to wear out nonessential toward the height. <lien> <lien> <lien> <lien> <lien>

Posté le 18.04.2012 à 21h22 par andy1966
Pseudonyme, nom :

Adresse (url, courriel) :

Titre du commentaire :

Commentaire :

Retour à l'index